Top
  >  News   >  Van en Construction : autonomie électrique et circuit d’eau
L’autonomie électrique et le circuit d’eau : sans doute les parties les plus techniques et complexes de l’aménagement d’un fourgon. Pour autant, elles sont indispensables pour un maximum d’autonomie et de confort au quotidien. Il faut avouer que notre projet ne se résulte pas à acheter un camion pour quelques jours des vacances ; mais bien de construire une maison roulante dans laquelle nous ne voulons manquer de rien… Attention, nous allons essayer d’être le plus clair possible dans cet article et nous espérons qu’il aidera au maximum tout ceux qui comme nous souhaitent vivre quotidiennement dans leur fourgon !
1,2,3… c’est parti !

Nos meubles étant posés et nos différents espaces délimités, nous pouvions désormais attaquer les travaux pour leurs donner vie. La première grande mission était de nous renseigner sur l’autonomie électrique en fourgon aménagé (montage, normes, matériel utilisé…). Après des heures de lecture d’autres blogs, articles scientifiques et forums de bricolage, nous avions toutes les cartes en main pour parer à nos futurs besoins. Nous avons fait de même pour la création de notre circuit d’eau…

L’autonomie électrique :

Dans un premier temps nous avons bêtement pris une feuille et un stylo et répertorié tous les appareils et accessoires électriques que nous souhaitions installer dans Ducky.  Notre listing comptait un frigo, un système combiné chauffage/chauffe-eau, des plaques avec allumage électrique, un panneau de contrôle adapté au fourgon aménagé, des prises murales pour recharger nos appareils ainsi que des bandeaux LED et 2 liseuses pour l’éclairage.

Par la suite, après avoir chiffré approximativement nos besoins journaliers en énergie, il nous fallait définir et trouver sur le marché une solution adaptée afin d’être sûrs de ne pas manquer d’électricité lors d’une utilisation quotidienne.

Nous avons donc opté pour la création d’un circuit électrique via 3 sources d’approvisionnement :

Apport par panneaux solaires

Apport par l’alternateur du véhicule

Apport par une prise extérieure (extrême urgence)

Voici une idée du schéma électrique que cela peut donner ! (Attention ça va picoter vos neurones…) :

Rentrons maintenant dans le vif du sujet, comment avons-nous procédé quant aux différentes installations ?!

Dans un premier temps il nous a fallu définir l’emplacement du tableau électrique puis la position de chacun de nos futurs appareils/accessoires. Ceci nous a permis de tirer toutes les longueurs de câbles allant de chaque emplacement de nos futurs appareils au tableau électrique.

Nous avons par la suite installé nos 2 batteries à décharge lente (VARTA AGM LA105 12V 105AH 950A) au plus près du tableau afin de limiter la longueur du câblage. Nous avons branché celles-ci en parallèle pour garder une intensité en 12V. Nous parlerons donc de « Bloc Auxiliaire » qui correspondra à nos deux batteries. Dans un souci d’optimisation d’espace, nous avons conçu un petit support de batteries pour les mettre l’une sur l’autre.  

Vient ensuite la longue phase de montage de nos différents circuits électriques…

        L’apport par panneaux solaires :

Sans doute le choix le plus généralisé quand on voyage en fourgon aménagé. Nous vous conseillons fortement d’opter pour un panneau solaire à cellules monocristallines car ce type offre un meilleur rendement.

Nous avons opté pour un Kit PANNEAU SOLAIRE TELECO TSP 130 (livré avec Régulateur de charge 10A /12Volt pour 1 batterie SPC 10/1 ). Voici les grandes étapes d’installation :

1.
Définir l’emplacement du panneau sur le toit du camion

2.
Définir l’emplacement du régulateur de charge et l’installer

3.
Fixation du panneau grâce à la notice du kit

4.
Passer le câble du panneau dans l’habitacle et le raccorder au régulateur de charge (attention, le panneau génère déjà du courant, pensez à isoler le bout de chaque fil !)

5.
Passer le câble du régulateur à la batterie et effectuer le branchement de celui-ci aux cosses + et – de la batterie

6.
Brancher l’autre extrémité de ce câble au régulateur (respectez bien le +
et le -)

7.
Enfin, brancher les cosses de votre batterie à celle-ci

8.
Tester l’intensité électrique pour garantir le fonctionnement de votre installation (il y a également des voyants sur le régulateur, c’est pratique !)

Vous l’aurez compris, il n’y a rien de très compliqué… C’est un peu comme suivre une recette de cuisine.

Il faut cependant mettre l’accent sur la propreté de vos installations et se référer aux bonnes pratiques de montage électrique. Ceci assurera dans le temps la fiabilité du matériel installé et évitera d’éventuels accidents de courts-circuits.

        L’apport par l’alternateur du véhicule :

C’est un choix de sécurité par mauvais temps ou si notre installation solaire venait à nous lâcher sur la route.

C’est assez simple à comprendre, cette technique relie l’alternateur de notre véhicule à notre bloc auxiliaire par le biais d’un coupleur de batteries.

Pour rappel, l’alternateur du véhicule sert à recharger la batterie du camion lorsque nous roulons.

L’idée est donc de bifurquer l’énergie électrique créé par l’alternateur vers notre bloc auxiliaire une fois que notre batterie véhicule est pleine. Plus on roule et plus le bloc auxiliaire se recharge.

Ceci est possible grâce à un petit boitier appelé « coupleur » de batterie. Et tout se fait automatiquement !

Nous avons opté pour un coupleur 70A de la marque Sheiber.

Pour son installation nous avons suivi ce schéma assez simple :

        L’apport par une prise extérieur :

Cette troisième alternative est pour nous la voie de « l’extrême urgence », elle permet de se brancher directement sur une prise extérieure en 220V dans un camping ou chez l’habitant

Pour ce faire, nous avons équipé Ducky d’un socle P17 encastrable mâle en découpant soigneusement la tôle.

Pour l’utilisation de cette prise extérieure, il a fallu que nous installions également un chargeur de batteries (Dometic MCA1215) afin que notre bloc auxiliaire puisse se recharger quand nous sommes branchés.

On ne va pas s’attarder sur le sujet car comme nous vous l’avons déjà dit c’est pour nous une alternative de secours si l’on venait à manquer d’électricité en cours de route…

En Bonus : Pour finir sur notre montage électrique, nous avons également décidé de nous munir d’un convertisseur 12V/230V (Victron Energy Phoenix 800VA). Celui-ci nous permet d’avoir une prise en 220V où que nous soyons… C’est pratique pour recharger nos appareils électriques les plus gourmands comme nos ordinateurs par exemple !

Le circuit d’eau

Pour le montage de notre circuit d’eau, c’est un peu plus simple. On a commencé par évaluer nos besoins et nous avons estimé qu’un réservoir de 100L d’eau complémenté d’un jerrican de 20L nous suffiraient pour une autonomie de 2 jours. Ceci correspond environ à 4 micro-douches et 6 vaisselles plus quelques petites utilisations annexes comme les lavages de mains et brossages de dents.

Aujourd’hui sur les routes, nous ne regrettons pas cette estimation car nous arrivons à ne pas manquer d’eau sur presque 3 jours !  Après, nous avons juste à nous ravitailler à l’aide d’un tuyau d’arrosage où en remplissant plusieurs fois notre jerrican afin de tenir les 3 jours suivants.

Faire des économies et utiliser l’eau avec parcimonie est primordiale dans notre nouveau style de vie. Pour ce faire nous avons installé en supplément un kit d’économie d’eau proposé par OOPLA (c’est par ici pour découvrir le souriant portrait des créateurs !)

Nous avons deux sorties d’eau : la douche et le robinet de l’évier.

Celles-ci sont alimentées en eau froide et en eau chaude grâce à notre système combiné chauffage/chauffe-eau (Webasto Dual Top Evo 6). Pour faire simple sur cet équipement, c’est un caisson qui génère de la chaleur grâce au gasoil de notre réservoir. Cette chaleur sert à chauffer un petit ballon d’eau et/ou à expulser de l’air chaud dans notre petit 6m2.

Maintenant que tout est dit, passons au montage :

Dans un premier temps nous avons installé notre Webasto ainsi que nos deux cuves (réserve d’eau propre et cuve d’eaux grises).  Nous avons opté pour une cuve d’eau propre de 100L et une cuve d’eaux grises de 78L.

Notre cuve d’eau propre a été très simple à installer. Elle est placée et fixée dans la partie arrière droite de notre fourgon ; sous le lit.

La cuve d’eau grise quant à elle est fixée sous notre camion grâce à 2 armatures métalliques que nous avons plié sur mesure. Son installation n’a pas été de tout repos…
Nous l’avons également équipé d’un tapis chauffant anti-gel 12V afin d’éviter que nos eaux grises gèlent en température négative. 

Pour ce qui est du Webasto, nous l’avons installé en face du bac d’eau propre afin de répartir au mieux la charge sur la partie arrière du camion. Nous l’avons monté nous-mêmes sur un support en aluminium grâce à Frank (le père de Léa) qui est un professionnel de ce type d’aménagement… Nous vous déconseillons de vous lancer seul dans l’installation de ce type de matériel car cela demande de grosses connaissances techniques notamment pour passer la sonde aspirante dans le réservoir de carburant du véhicule.

Ensuite, nous avons défini l’emplacement de nos entrées et sortie d’eau afin d’évaluer les longueurs de tuyaux dont nous aurions besoin.  Nous avons fait le choix de partir sur des tuyaux en PER (8mm) car le montage une fois serti offre une grande étanchéité ainsi qu’une bonne robustesse dans le temps. 

Afin de mettre le système sous pression, nous avons monté une pompe 12v offrant un débit de 10,6L/min (Shurflo de Lilie) ainsi qu’un vase d’expansion (Fiamma) afin d’éviter les à-coups et permettant donc d’avoir un débit constant quand nous tirons de l’eau (voir la photo ci-dessus).

Il ne nous restait plus qu’à tout relier en s’assurant de monter ce circuit de manière à ce qu’il soit entièrement étanche ! Et voilà, nous avons à présent une parfaite autonomie de 3 jours en eau.

Voici un schéma pour récapituler le process de montage :

Autonomie en eau clair certes mais attention… Cette eau n’est pas potable et donc impropre à la consommation… (à moins de faire confiance à vos intestins ; on vous passe les détails !)

Vous allez donc nous demander, « mais comment faites-vous pour boire autre chose que de la bière ?! »

Dans notre démarche de réduire au maximum notre empreinte écologique, il était inconcevable pour nous de consommer de l’eau en bouteilles plastiques…

Nous avions entendu parler d’un système de filtration super efficace sur une des vidéos de Gregsway et de son compagnon Henri et nous avons investi ! Pour un peu moins de 200€, nous nous sommes offerts ce système de purification d’eau en 6L de la marque BRITISH BERKEFELD. C’est un budget mais nous sommes pleinement satisfaits de son efficacité !

Nous lui avons conçu un support sur-mesure pour que celui-ci ne chavire pas dans les virages et que son contenu n’inonde pas l’intérieur du camion.

#VAN_ASTUCES :
Pour ceux qui sont en plein travaux et qui cherche un bon tarif, nous nous sommes équipés chez Movera ! Ils sont réactifs et de bons conseils.

Voilà, vous savez tout sur notre autonomie électrique et notre circuit d’eau… ou presque ! Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous les faire parvenir en commentant cet article. Nous vous apporterons des réponses à vos interrogations et nous vous donnerons un petit coup de pousse si vous en avez besoin ! Vous faire sourire reste notre priorité !

Et vous ?! Vous allez vous lancer dans l’aménagement de votre maison roulante ?

En un clic épinglez l’article sur Pinterest et retrouvez l’intégralité de nos articles par classés par thématique.

Sorry, the comment form is closed at this time.